Dissønance

Samuel Vallee a passé des années en tant que consultant mentaliste en marketing de haut-niveau (top 5 du marketing français ; spécialiste des biais cognitifs) en développant des stratégies pour de grands groupes, notamment L’Oréal Paris. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’amélioration personnelle, formateur et conférencier reconnu, mais aussi ingénieur diplômé en psycho-acoustique (Rennes), compositeur d’une dizaine d’albums au piano. Ses stratégies ont fait l’objet de reportages dans la presse et les médias, notamment sur TF1, France 3, M6, BFM, les Echos, 01Net… et bien d’autres. En 10 ans, Samuel a formé et inspiré des milliers d’entrepreneurs mais un jour…, en pleine ascension professionnelle, il décide de tout arrêter à 39 ans, suite à un grave accident suivi d’une expérience d’auto-guérison par les ondes sonores (vibrations)..

 

Samuel change radicalement de vie, s’expatrie avec sa petite famille scandinave à l’étranger et rencontre, par le hasard des choses (hasard qui n’existe pas en réalité), Marc Vella, à Riga, en Lettonie. Le message de Marc, mais aussi sa profonde générosité, inspire Samuel et révèle en lui, quelque chose qu’il avait enfoui il y a des années, sa « raison d’être » pour le piano, sans performance, ni jugement. Samuel rend alors hommage à Marc en créant « Dissønance », un concept de « concert-conférence » autour du piano et des résonances émotionnelles, aux effets thérapeutiques. Son objectif est de partager avec amour, ses expériences sonores et thérapeutiques à travers ses propres inspirations. Ils parlent de résonances sonores, de leurs effets sur le corps et le cerveau, et d’une autre façon de ressentir la musique, dans l’humble but d’améliorer l’humanité.

 

Samuel Vallee questionne par son approche musicale, ses mots, et nous montre concrètement comment « les dissonances sonores, comme dans la vie, sont justement des opportunités qui lui donnent un sens. Il faut savoir les accepter pour les transformer avec bienveillance ». Il nous invite à nous reconnecter à l’être émotionnel que nous sommes et nous explique, comme en physique quantique, en quoi la musique et la vie sont intriquées.

 

« Je ne suis pas pianiste, et encore moins un virtuose, ni aguerri aux méthodes académiques de la musique classique. Le public me définit plutôt comme un artiste des résonances autour du piano », exprime-t-il, en ne jouant parfois que quelques notes, entourées de silences…, plus émotionnelles et pénétrantes que techniques, sans aucune recherche de performance, mais qui nous délivrent de nos émotions toxiques.

 

Amour et partage autour des Résonances et des Dissonances pour « Réaccorder son corps » et transformer positivement notre monde intérieur, tel est le message que Samuel nous fait ressentir à travers ses interventions publiques et ses formations.

 

Soutenu par des « personnalités humaines » dans sa quête du partage des dissonances autour du piano, Samuel œuvre aussi pour l’association « Stella Maria » afin de soutenir les enfants touchés par le handicap à Madagascar.

 

En savoir plus…

Samuel a 6 mois quand ses parents décident de s’installer à l’île de la Réunion. Il y restera toute son enfance, et s’envolera vers la métropole à l’âge de 11 ans. Avec un parcours polymorphe (informatique, polytechnique, kinésithérapie, musicothérapie, psychologie, marketing…), il intègre l’école d’ingénierie acoustique à Rennes en 1997. Il travaillera avec des artistes du PAF comme François Jeanneau, Michel Coteret, Philippe Lemenuel ou Jean-Pierre Ruh (César du cinéma français), puis se forme à la théorie de la musique avec Alain Bioteau (Docteur en musicologie). Il est recruté conjointement à ces études au CCETT de Rennes (Cesson-Sévigné) pour ces compétences informatiques, afin de participer au programme d’amélioration du format MP3 (création de l’algorithme entropique) dédié a internet,  avec Yves-Francois Dehery (TDF). Il produira ensuite son premier album pour la télévision « Pulsation » en 1999 avec France 3 que l’on entendra dans le documentaire « Habiter la mer, portrait de Jacques Rougerie ».

 

Sollicité en 2001 par Stomp Records, une maison de production asiatique, il cèdera gracieusement plusieurs dizaines de ses compositions pour lancer des pianistes de Corée du sud et du Japon. Ses morceaux les plus connus sont Une Rivière coule en toi (River Flows in You -1999) ; Some emotive notes (2001) ; Toi (You – 2000) ; Juste un instant (Kiss the rain/2003) ; Pulsation ; Paradoxe of love.

En 2007, il inaugure son 7ème album musical lors d’un concert insolite au Domaine des Vaulx de Cernay.

En janvier 2008, il produit Paradoxe de l’amour, un album qui retrace les différentes composantes émotionnelles entre amour et résonance sonore. Cette même année, les fans de Twilight espéraient que River Flows in You serait retenue par la production en tant que la Berceuse de Bella, mais c’est une composition de Carter Burwell qui a finalement été choisie.

Son album A Little touch of Jazz publié en 2009 est une rétrospective de ces musiques composées entre l’année 2000 et 2008, revisitées dans un style plus personnel « Emotive’Jazz ». Il publie l’album « Some emotive notes » en 2014, « Jazz injection (from Disney) » en 2015 et « Afterday Live » en 2020.